Sakaciné n°6

16052011

Jeudi 19 mai à 19h au lycée Balata

(plan d’accès)

                                 

Carandiru (2003, Brésil)

Durée : 139 mn

en VO sous-titrée

 

Sakaciné n°6 dans Sakaciné / Ciné Campus carandiru_04 carandiru_08 dans Sakaciné / Ciné Campus

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis :

La prison de Carandiru , à São Paulo, est la plus grande d’Amérique Latine. Dans cet endroit surpeuplé et délabré, un célèbre médecin doit mener un programme de prévention contre le S.I.D.A. Habitué à la médecine haut de gamme, il va devoir apprendre à se débrouiller en se fiant à son instinct. Peu à peu, il découvre les détenus, leur monde à part, leur humanité et leur fabuleuse envie de vivre. À force de contacts et de temps, il gagne leur respect et partage leurs secrets.

À travers son regard, c’est toute la tragédie sociale d’un pays qui se révèle, jusqu’au jour où…

 

 

L’auteur :thumbnail_120.php?file=artist_314_Babenco

 

Hector Babenco est un réalisateur, producteur et scénariste brésilien, né en 1946 en Argentine. Issu d’une famille de migrants du Vieux Continent, il va vivre 4 années en Europe puis décide en 1969 de s’installer définitivement au Brésil, à São Paulo.

En 1975 il tourne son premier film mais c’est en 1981 qu’il remporte un succès international avec  Pixote, la loi du plus faible, un drame sur l’itinéraire violent d’un enfant de la rue.

Babenco est surtout connu pour ses films d’un réalisme cru portant sur le système carcéral sud-américain, dont Pixote et Carandiru font partie, ainsi que Le Baiser de la femme araignée (avec William Hurt qui reçu pour ce film l’Oscar du meilleur acteur et le Prix d’interpretation masculine à Cannes en 1985).

L’histoire de Carandiru est adaptée du best-seller du Docteur Drauzio Varella, Estaçao Carandiru, qui relate son experience comme bénévole dans la prison de Carandiru pour y étudier l’évolution du sida.

 

 

 




Sakaciné n°5

5042011

Jeudi 7 avril à 19h au lycée Balata

(plan d’accès)

                                 

 Avril brisé (2001, Brésil)

Durée : 1h 45mn

en VO sous-titrée

 

 

Sakaciné n°5 dans Sakaciné / Ciné Campus capa_index

 

 

Synopsis :

Avril 1910 – Dans la géographie désertique du Nord-Est brésilien, une chemise tachée de sang se balance au vent. Tonho, fils cadet des Breves, est contraint par son père à venger la mort de son aîné, victime d’une lutte ancestrale entre familles pour des questions de terres.

S’il remplit sa mission, Tonho sait que sa vie sera scindée en deux : les 20 ans qu’il a déjà vécus, et le peu de temps qu’il lui restera à vivre. Il sera pourchassé par un membre de la famille rivale, comme le dicte le code de vengeance de la région. Angoissé par la perspective de la mort et instigué par son petit frère, Pacou, Tonho commence à douter de la logique de la violence et des traditions. C’est alors que deux artistes d’un petit cirque itinérant croisent son chemin..

 

foto_camisa dans Sakaciné / Ciné Campus

 

Récompenses :

Leoncino d’Oro – Festival de Venise – 2001 Nominé au Golden Globe de meilleur film étranger – 2001
Choisi comme l’un des cinq meilleurs films étrangers de l’année par la National Board of Review – 2001
Nominé meilleur film étranger par le BAFTA – British Academy of Film and Television Arts – 2002
 

 

L’auteur :

Walter Salles est un réalisateur brésilien, né le 12 avril 1956 à Rio de Janeiro.

Il commence sa carrière cinématographique dans les années 1980 en réalisant quelques documentaires. Après avoir tourné quelques fictions, en 1997 il réalise pour Arte l’épisode Le premier jour pour la série de courts métrages L’an 2000 vu par….

L’année suivante, il obtient une reconnaissance internationale avec la réalisation du film Central do Brasil qui se voit décerner l’Ours d’or à Berlin. Il réalise ensuite en 2001 le film Avril brisé et produit en 2003 La Cité de Dieu réalisé par Fernando Meirelles.

En 2004, c’est à lui que revient la tâche de réaliser un film sur la pré-révolution de Che Guevara avec Carnets de voyage qui est présenté aux festivals de Sundance et de Cannes avant de rencontrer un gros succès.

 

source : wikipédia

lien : http://www.abrildespedacado.com.br/index.htm

Bonne séance,
/Thomas pour Sa K’Animer




Sakaciné n°4

20032011

 

Jeudi 24 mars à 19h au lycée Balata

(plan d’accès)

                                 

 Ali Zaoua prince de la rue (2001)

Durée : 90 mn

en VO sous-titrée

 

L’auteur :

Nabil Ayouch est un réalisateur marocain, né le 1er avril 1969 à Paris. Il a très rapidement un parcours de militant du cinéma, en oeuvrant activement pour l’éclosion de nombreux films de la rive sud de la Méditerranée.

Ali Zaoua est son 2e long métrage.

 

Synopsis :

Dans le contexte maghrébin du début du siècle, avec son équipe de jeunes comédiens amateurs, Nabil Ayouch nous accompagne sur le chemin de la recherche de « l’absolu », de la « vertu ».

4 pré-adolescents non-conformistes cherchent leur voie sur différentes « planètes », au gré des vents, en se prémunissant tant qu’ils le peuvent contre les dangers, sans jamais perdre le Nord, à la recherche de cette île mythique qui calmera leur angoisse vis à vis de la vie.

L’influence de Saint-Exupéry va bien au-delà du titre. On y retrouve notamment (mais pas seulement), l’impossible communication entre masculin et féminin, dans un brouillard qui ne distingue pas vraiment la mère de la compagne.

Cette île aux deux soleils ne serait-elle pas celle où la coexistence est effective ?

Tout au long de lieux caractéristiques de la ville de Casablanca, le film rebondit entre les images les plus oniriques et les situations les plus âpres, les plus glauques.

 

Sakaciné n°4 dans Sakaciné / Ciné Campus pyawvtf6

 

Vous serez épatés par le jeu d’acteur du jeune Hicham Moussoune, dans le rôle de Boukber, le gosse au nez écrasé.

 

Cette programmation est choisie en hommage aux jeunes des pays arabes qui crient leur amour de la vie … au prix de la leur.

Bonne séance,
/Claude pour Sa K’Animer

 




Sakaciné n°3

13022011

 

Jeudi 17 février à 19h au lycée Balata

(plan d’accès)

                                 

 Cinéma, aspirine et vautours (2005)

Durée : 99 mn

 

 

Ce film brésilien est le 1er long métrage de Marcelo Gomes (scenario et réalisation).

 

Synopsis :

1942, dans le Nordeste du Brésil. La route de Johann, un Allemand qui fuit la Seconde Guerre mondiale, croise celle de Ranulpho, qui veut partir de cette région sans avenir et « faire sa vie » à Rio de Janeiro. Les deux jeunes hommes parcourent en camion d’immenses étendues désertes. Ils s’arrêtent dans de misérables villages pour vendre aux habitants des aspirines censées les guérir de tout. Pour les appâter, ils projettent un film publicitaire. Saisis, les gens découvrent ainsi le pouvoir ensorcelant du cinéma…

Volontairement contemplative, la caméra de Marcelo Gomes s’attarde sur des détails qui installent une ambiance : des pieds de gamins qui ballottent dans le vide, le désordre du camion, une silhouette noire de femme dans la blancheur d’un village. Enserrant les deux acteurs, étonnants de justesse et de décontraction, le véritable héros du film est la région désertique du Nordeste brésilien que le réalisateur affectionne : des étendues claires isolées et terrassées par la sécheresse bientôt rattrapées par la menace de la guerre.

 

 

Récompenses :

Le film a été proposé aux oscars en 2007 par le Brésil.

Il a reçu en 2005 le Prix de l’Éducation nationale et le prix Un Certain Regard du festival de Cannes


L’auteur :

Marcelo Gomes est né à Recife en 1963.

Son premier acte dans le cinéma a été la création du ciné-club de la ville de Recife. Peu de temps après, en 1991, il reçoit une bourse pour étudier le cinéma à l’Université de Bristol en Angleterre. Ce fut une expérience décisive qui compta beaucoup dans sa formation. «Cette période m’a permis de voir de nombreux films qui n’arrivent jamais au Brésil et j’ai découvert de nombreux grands réalisateurs». Après deux ans d’études, Marcelo retourne au Brésil et fonde sa société de production « Parabolica Brasil » avec laquelle il produit des courts-métrages et des vidéos. Son premier scénario pour le cinéma est Maracatu, Maracatus , court métrage qui a obtenu de nombreux prix dans les festivals, notamment le Prix du Meilleur Court-métrage au Festival de Brasilia. Puis il réalise Clandestina Felicidade qui a reçu le Prix de la Critique au Festival de Gramado. A cette époque, il réalise également plusieurs documentaires pour la télévision.




Sakaciné n°2

29012011

Bonjour, la deuxième séance Sakaciné de 2011 à ne pas manquer :

 

Jeudi 3 février au lycée Balata (plan d’accès)

Début de la projection à 19h.

                                 

Mon oncle d’Amérique (1980)


Mon oncle d’Amérique a le caractère d’un OVNI dans l’univers du cinéma. Il résulte de la rencontre de 2 hommes au caractère fort : Alain Resnais et Henri Laborit.

 

Henri Laborit (1914-1995) qui est à l’origine de la découverte des neuroleptiques, est un chercheur iconoclaste et inclassable, davantage reconnu à l’étranger qu’en France. Il a reçu le prix Albert Lasker en 1957 qui est connu sous le pseudo de « Nobel américain ».

Le parcours de médecin de H. Laborit l’amène, à travers plusieurs détours, à s’intéresser aux conflits de comportement entre les individus en société. Et c’est là que se manifeste son originalité : en étayant sa théorie par des expériences sur les rats, il recadre la condition humaine dans sa situation originelle de condition animale. Notre passé de « civilisateur » aurait tendance à nous faire oublier que « L’humain est, malgré tout, un animal comme les autres ».

 

Alain Resnais, particuliérement admiratif de H. laborit, se lance dans cette aventure de film pédagogique. A l’époque (1980), c’est un réalisateur déjà réputé, et il lui prend cette folie d’entraîner le spectateur derrière lui sur un sujet mené peu conventionnellement, car le film oscille constamment entre le roman et le documentaire. Dans une prise de risques certaine, il met sa notoriété et son talent au service du message de H. Laborit, tant celui-ci lui paraît novateur et fondamental.

 

C’est avec beaucoup de joie que nous vous invitons à venir enrichir votre expérience de la vie en société à travers ce film tellement différent, que vous découvrirez, ou que vous reverrez sous le nouvel angle de votre vécu. Le film dure 125 mn.

 

Nous vous invitons aussi à consulter les liens suivants:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Laborit

 

http://www.cinetudes.com/MON-ONCLE-D-AMERIQUE-d-Alain-Resnais-1980_a139.html


/Claude & Tom




En route pour de nouvelles bobines

15012011

Et c’est reparti pour un tour !

Tout d’abord, meilleurs voeux 2011 à tous (et surtout la santé).

Ce mois de janvier voit revenir les séances de cinéma international gratuites de Sa K’Animer, et ce dans un nouveau cadre. En effet les projections auront lieu au Lycée Balata, les horaires eux ne changent pas. 

 

Rendez-vous donc jeudi 20 janvier au lycée Balata (plan d’accès)

Début de la projection à 19h.

 

                                                Le film :                                            

Conversaciones con mama (2006)

Synopsis :

Dans l’Argentine en crise des années 2000, Jaime, un quinquagénaire, est touché par le chômage. Tous les rouages de son existence qui fonctionnaient si doucement jusque là, tout d’un coup, se grippent. Toutes les choses qui paraissaient simples jusqu’alors deviennent compliquées: le rapport à sa mère, à son père, à son épouse.

Le temps retrouvé, et quelques problèmes financiers, l’amènent à se rapprocher de Mama, personnage haut en couleur, qui distille le parcours de sa vie avec une pudeur infinie et un langage ciselé.

Jaime entame alors une quête de vérité, la vérité de SA vie, cet ensemble de conditionnements qui lui permettent de comprendre sa manière de réagir dans les situations qu’il traverse.

C’est une étrange histoire qui donne l’impression que le temps et les gens sont superposés. En cherchant à comprendre la vie de ses parents, Jaime appréhende mieux la sienne, et ce parcours vers le « connais-toi toi-même » bouleverse son existence.

 

Le réalisateur (et scénariste) :   Santiago Carlos OVES

Assistant directeur dès les années 60, et scénariste d’une dizaine de films, il a réalisé son premier long métrage en 1987 : Revancha de un Amigo, dans lequel Ricardo Darin, ancien militaire, enquête sur la mort de son meilleur ami. Ont suivi : la comédie dramatique El Verso en 1996, le thriller Asesinato a Distancia en 1998, et Gallito Ciego en 2001, une histoire qui mêle voleurs et police corrompue dans une Argentine en pleine dérive économique et sociale. Il a également dirigé un téléfilm, El Principeazul (1988), et participé à une série télévisée, Cuentos Clasicos de Terror (2004).

En 2010, il a réalisé « Fantômes de la nuit ».

/Tom




Mois du Film Documentaire

5112010

Bonjour à tous,

Voici le lien vers la présentation du Mois du Film Documentaire en Guyane sur blada.com

Egalement le programme téléchargeable sur ce blog ici

Et plus d’infos sur : http://www.moisdudoc.com/

/Mat, de la lointaine métropole…

 




Fin de l’année universitaire pour Ciné Campus

18062010

Bonjour à tous,

Finalement, nous avons appris que nous ne pourrons pas faire de séance Ciné Campus la semaine prochaine, faute de personnel disponible pour nous ouvrir la salle à l’Université.

Hier était donc la dernière projection de cette année universitaire, et nous devons renoncer à diffuser « Nacido y Criado » ou « Chien enragé ».

Nous vous remercions d’être venus aussi nombreux aux projections Ciné Campus, malgré nos annulations fréquentes et nos multiples changements de programmation.
Nous espérons que l’activité pourra se poursuivre l’année prochaine dans de meilleures conditions.
Pour cela, n’hésitez pas à rejoindre notre équipe de bénévoles car nous avons grand besoin de bonnes volontés. Si vous êtes intéressés, contactez-nous sur sakanimer@hotmail.fr

En vous souhaitant à tous de bonnes grandes vacances,

/Mat pour Sa K’Animer




Newsletter et intuition…

7062010

J’ai procédé à quelques petits changements sur le blog pour essayer de rendre l’inscription à la newsletter plus intuitive.

Le lien dans la colonne de droite est modifié et ouvre désormais sur une page de Yahoo où vous pouvez directement rentrer votre adresse e-mail. Le lien précédent ne fonctionnait bien que sur des ordinateurs minutieusement paramétrés…

Une page « Aide newsletter » a été créé (barre du haut) pour vous apporter quelques informations utiles.

En espérant que cela permette à beaucoup d’entre vous de venir grossir les rangs des 350 personnes déjà inscrites.

/Mat, webmestre tâtillon

(qui cherche toujours son remplaçant. Avis aux amateurs !)

 




Programmation ciné campus avril-juin 2010

16042010

La programmation des films Ciné Campus jusqu’en juin 2010 est consultable sur la page « Ciné Campus » (barre du haut) ou directement ici.

 /Mat pour Sa K’Animer







cinemad |
ppj |
blu ray folie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AME Médias - Vidéo événemen...
| Yes We Cannes : Le site off...
| UNITED FEDERATION OF PLANETS